statistiques

 

Cette élection peut se raconter grâce à un certain nombre de documents, que nous avons trouvés soit aux Archives communales de Lomme, soit aux Archives départementales du Nord à Lille.

L’un des premiers est le procès-verbal d’élection du premier conseil municipal de Lomme, le 8 février 1790. Il est conservé aux Archives départementales du Nord sous la cote L 610, la série L regroupant les documents de l’époque révolutionnaire. Ce document nous apporte beaucoup d’informations sur les premières élections démocratiques connues en France et donc à Lomme.

Pour mieux comprendre comment on en est arrivé là, il convient d’abord de faire un bref rappel historique. On peut dire que tout commence avec la Guerre de Sept Ans, qui oppose essentiellement la France à l’Angleterre, et qui se termine par la défaite de la première et de ses alliés. C’est une guerre qui a coûté cher, car elle s’est déroulée en grande partie sur mer. Lors de la conclusion de la paix, le ministre Choiseul préfère se séparer de « quelques arpents de neige » (c’est ainsi que Voltaire appelle le Canada français !) pour conserver les riches îles à sucre des Antilles (Martinique et Guadeloupe). L’Angleterre, elle, pressure ses colonies de taxes fiscales, qui finissent par provoquer la guerre d’Indépendance américaine, à laquelle participe la France, qui sous couvert de défendre les nouvelles libertés américaines, prend sa revanche sur l’Angleterre. Cette « guerre dispendieuse mais honorable » - c’est ainsi que Louis XVI en parla dans son discours d’ouverture des Etats généraux le 5 mai 1789 – compromet définitivement les finances de la monarchie française et est en grande partie à l’origine de la Révolution française.

Chacun connaît la suite, que je ne rappellerai que brièvement. C’est ce que l’historien Michael Winock, dans un de ses ouvrages, a appelé « 1789, l’année sans pareille ». Peu après la réunion des Etats généraux, le Tiers Etat se proclame Assemblée nationale Constituante. Suivront ensuite la prise de la Bastille le 14 juillet, la Grande Peur, la nuit du 4 août qui abolit les privilèges et la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. L’année se termine par la mise en place des nouveaux cadres administratifs du pays : les départements, les districts et les communes (pratiquement une par paroisse, sauf dans les grandes villes).

Il y a à peine un an, les Français avaient commencé à s’exprimer, notamment lors de la rédaction des cahiers de doléances, sur la crise que traversait le pays et les remèdes qu’il fallait y apporter. Ils voulaient contrôler le vote de l’impôt, ils voulaient aussi que l’on respecte leurs traditions locales et leurs institutions provinciales, mais personne assurément ne s’attendait à une telle Révolution, au sens où l’entendait l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert : « Révolution signifie, en terme de politique, un changement considérable arrivé dans le gouvernement d’un Etat».

 

 

                                                             lire la suite




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement