Le village de Lomme, qui deviendra une ville industrielle au tournant des XIX° et XX° siècles, s'est installé au long d'une route qui relia très vite Lille à la côte. Mais l'horizon de ses premiers habitants n'était pas aussi éloigné et ils se contentèrent de la baptiser le chemin d'Armentières. C'est seulement plus tard, lorsque l'intérêt stratégique en devint plus évident, qu'on la baptisa route royale, puis route impériale sous Napoléon III, avant qu'elle ne devienne une route nationale qu'on nommera enfin avenue de Dunkerque.

L'avenue de Dunkerque est donc un axe de circulation, autour duquel s'est bâtie la ville de Lomme, formant l'ossature qui reliait ainsi entre eux les quartiers plus excentrés, comme le Marais et la délivrance. C'est cette histoire que les membres de la Commission extra-municipale d'Histoire ont choisi de raconter en cette année 2008, en collaboration avec le service animation culturelle de la commune de Lomme.

Vendredi 19 septembre 2008 : concert d'ouverture des journées du patrimoine Lille - Lomme - Hellemmes en l'église Notre-Dame de la Visitation au Bourg de Lomme

Ce concert est un travail de création, résultat de la collaboration de la commune de Lomme, de la commission d'histoire locale, de l'orchestre d'harmonie de Lomme et du théâtre octobre. Il s'agit d'une invitation au voyage, en musique et en images, le long de la Grand'Route, autre nom encore de l'avenue de Dunkerque.

Les collectionneurs lommois ont apporté leur contribution à ce travail. Ils ont confié de nombreux clichés photographiques et d'innombrables cartes postales, parmi lesquelles il fallut faire un tri afin de préparer le diaporama. Il est impossible de les citer tous, mais leur apport a permis de présenter à Lomme une soirée musicale originale. Le service animation culturelle de la commune de Lomme se chargea de la réalisation de la projection. Quant à l'orchestre d'harmonie, il puisa dans son répertoire des morceaux de qualité qui rendirent ce concert d'ouverture exceptionnel et inoubliable.

L'orchestre fit passer un moment d'intense émotion au nombreux public qui était venu assister au concert lorsqu'il accompagna les images du convoi funèbre des Lommois décédés lors du bombardement de Pâques 1944 de la bande originale du film "La liste de Schindler". Manière pédagogique peut-être de dire en musique que la liberté a toujours un prix et qu'elle implique l'exercice par chacun de ses responsabilités afin de la maintenir. Mais il y eut d'autres morceaux plus gais, pour évoquer la vie dans les "châteaux" de Lomme, les fêtes de la Mitterie ou encore les vacances à la Maison des Enfants.

Autre ajout, qui rendra cette soirée encore plus inoubliable : la lecture, avec brio, par le comédien Jean-Pierre Duthoit du théâtre Octobre, de textes préparés par un membre de la médiathèque de Lomme, qui s'était inspiré d'une visite de l'avenue de Dunkerque réalisée et commentée par la commission d'histoire locale dans le cadre de l'opération "un dimanche un quartier" menée conjointement avec la ville de Lille. jean-Pierre Duthoit mit tout son talent au service d'une prose à la verve parfois rabelaisienne, qui évoquait un voyage sur la grand'route, des portes de Lille jusqu'au Bourg de Lomme, et qui servit de fil rouge à l'enchaînement des morceaux de musique.

 

 Samedi 20 septembre 2008 : ouverture de l'exposition et des animations à la Maison des Enfants de Lomme

Pendant toute une année, les membres de la Commission d'Histoire locale de Lomme, comprenant des collectionneurs qui vinrent avec photos et cartes postales, des archivistes qui apportèrent des documents d'archives, des passionnés d'histoire locale, des membres des comités de quartier, notamment du Marais et de la Délivrance, épaulés et coordonnés par le service animations culturelles de Lomme, travaillèrent d'arrache-pied afin de préparer ces journées du Patrimoine 2008. Les visites guidées organisées en collaboration avec la ville de Lille et les sorties commentées proposées aux enfants des écoles lommoises alimentèrent la réflexion sur ce thème de l'histoire de l'avenue de dunkerque.

Les enfants des écoles, d'ailleurs, apportèrent leur pierre à l'édifice. Ils ont travaillé avec le service d'Art et d'histoire de la ville de Lille, avec Yuen Yeung Fun artiste plasticien et avec Hélène Marcos photographe. Il nous faut donc cette année saluer la contribution de la classe de cours préparatoire de Mme Crampette de l'école Roland Lamartine (dont on voit sur la photo ci-dessous l'oeuvre parfaitement intégrée dans l'exposition), celle de la classe de CE2-CM1 de l'école Léon Blum et enfin celle de la classe de CE1 de Mme Sautière de l'école George Sand. Il faut également souligner, dans le cadre de cette exposition, la réalisation d'une visite virtuelle de l'avenue de Dunkerque, par les enfants des centres de loisirs municipaux, concoctée en cyberbase, avec la collaboration d'Olivier Sion, photographe.

 

 La salle de la Maison des Enfants, attenante au château blanc , au parc immense, de par sa taille et sa luminosité, se prête parfaitement bien à ce genre d'exposition. Exposition à laquelle participa Tom, le chien de berger, sculpture prêtée par le musée des Beaux-Arts de Lille, oeuvre de Jean Joire en 1905, sculpteur animalier, fils de banquier, qui naquit justement à la Maison des Enfants.

 

 L'Amitram, association qui cherche à faire revivre l'histoire du tramway dans la métropole lilloise, avait prêté du matériel pour renforcer la valeur pédagogique de l'exposition. A noter également la participation désormais traditionnelle du musée de la vie rurale de Steenwerck, qui met chaque année à disposition des objets de la vie quotidienne d'une époque aujourd'hui révolue.

 

 Dimanche 21 septembre 2008 : inauguration de l'exposition et poursuite des animations

L'inauguration officielle de l'exposition eut donc lieu ce dimanche 21 septembre en fin de matinée, en présence de Roger Vicot, conseiller général, adjoint au maire de Lomme en charge des affaires culturelles, et de Bernard Séname, adjoint au maire honoraire, délégué à la Commission extra-municipale d'histoire. Ils sont ici en grande conversation avec Yuen Yeung Fun, qui leur présente le travail réalisé par les enfants de l'école Roland Lamartine.

 

 Le jeu de la Grand'Route est une création collective de la Commission d'Histoire locale de Lomme. Il est parti d'une boutade lancée en l'air un soir de réunion, qui fut cependant alimentée immédiatement par des photos sur lesquelles planchèrent des membres du Comité de quartier du Marais et qui aboutit à un produit fini plutôt élaboré. Il s'inspire du jeu de l'oie, mais les images ont été remplacées par des photos de l'avenue de Dunkerque et les règles ont été détournées en fonction du contexte lommois. Le résultat, c'est un jeu qui pendant toute la durée de l'exposition sut passionner petits et grands, de 7 à 77 ans. Les dames contrôleuses, sanglées dans leur uniforme, surent faire respecter avec fermeté et avec le sourire, les règles de ce nouveau jeu, qui pourra être à l'avenir mis à la disposition des écoles lommoises, après réservation auprès du service d'animation culturelle de Lomme. Les personnages, très réussis, servant au jeu, ont été fabriqués par l'association Bois Loisirs, qui a son siège avenue Notebart et mis en peinture par les ateliers municipaux.

 

 Regarder une exposition, c'est bien, mais se rendre sur le terrain pour comprendre les choses, c'est encore mieux. C'est pourquoi les membres de la Commission d'Histoire locale proposèrent deux visites guidées commentées, l'une le matin, l'autre l'après-midi, aux personnes intéressées. Comme l'avenue de Dunkerque est longue de près de 5 km du pont de Canteleu au calvaire de Lomme, il était hors de question de couvrir cette distance à pied. Il était bien plus sympathique de le faire en petit train touristique. Les membres de la Commission d'Histoire locale se relayèrent tout le long de l'avenue pour parler de son histoire et évoquer le Bourg et son église, l'emplacement des anciens "châteaux" aujourd'hui disparus et la vie quotidienne dans les quartiers de la Mitterie et de Canteleu, sans oublier la maladrerie de Canteleu, notre monument, et malheureusement le seul, datant du Moyen Âge.

 

 Evoquer l'histoire de l'avenue de Dunkerque, c'était forcément parler des moyens de transport collectif qui la parcoururent. Le tramway, tiré d'abord par des chevaux, puis pendant longtemps à l'électricité, est indissociable de ce passé. Et qui était mieux placé que l'Amitram, l'association qui en conserve la mémoire et en assure la promotion, pour nous raconter ce passé. Elle avait donc amené un des wagons de la ligne qui traversait Lomme de part en part, et pendant toute la durée des journées du Patrimoine, ses membres se firent un plaisir de faire visiter ce wagon et de faire tinter sa cloche.

Pour en savoir plus sur cette association, n'hésitez pas à aller sur son site internet (se rendre sur le site)

 

  L'Amitram exposait également dans le parc d'entrée de la Maison des Enfants les vieux autobus des transports en commun de la communauté urbaine, dont elle remit quelques-uns en service pour assurer des liaisons avec le quartier des Bois Blancs à Lille et son site de Wambrechies.

 

 Toute exposition des journées du patrimoine qui se respecte à Lomme se doit désormais d'y intégrer un spectacle. Cette année, c'est Anne Leviel, avec son compère Joël Dufresne, qui se prêta à l'exercice. Elle nous fit don de son nouveau spectacle, les Picardiseries, déclamé comme vous l'aurez compris en picard. Mais elle réussit à nous émouvoir avec ses chansons évoquant les poilus de la Grande Guerre ou le petit quinquin dont elle livra une interprétation personnelle.

 

 Du lundi 22  au mercredi 24 septembre 2008 : c'est au tour des enfants des écoles et des centres aérés de visiter l'exposition

Les membres de la commission histoire se sont relayés pendant trois jours pour assurer les commentaires sur l'exposition et l'animation du jeu de la grand'route auprès des enfants des écoles et des centres aérés, afin de leur faire connaître un passé aujourd'hui révolu et satisfaire leur curiosité.

 

 Les membres de l'Amitram, sanglés dans leur uniforme de 1910, se prêtèrent avec la même bonne humeur, à la visite de leur tramway par les enfants.

 

 

  

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement