LE VILLAGE DE LOMME A LA FIN DU MOYEN AGE

 

 
 

 

L’aide était un impôt demandé par le duc de Bourgogne (dont dépendait alors la Flandre). Pour le répartir équitablement, il envoya régulièrement des enquêteurs dans ses possessions. Les enquêtes de 1449 à 1505 permettent de faire le point sur l’évolution de Lomme, qui n’était alors qu’un village, à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes.

 
Enquête de 1449
Le 3esme jour de novembre l’an mil quattrecens quarante noef comparurent pardevant nous aucuns des manans de la paroisse de Lomme, est assavoir Robert Petitpas, Simon Ramery, Jehan Blancart, Nicaise de Sains, Pierre le Vesque, Pierre Blancart, Jacquemart Blancart et Collin Cappon, lesquelz aprés le serment par eulz fait nous firent ostention du billet de l’assiete et cache de leur taille par lequel apparoît que ilz avoient esté assis a le darraine assiete qui fut l’an mil 448 à 54 l de 40 gros la livre ; et dient que ilz estoient 93 personnes paians taille aveuc 10 maisnies qu’ilz avoient tailliés et que ilz ne assoient point a taille les heritages des forains ; et dudit nombre de gens paians taille en y a qui a present prendent des biens des povres 30 ou environ.
Requis assavoir se ilz ont aucuns enclavemens en ledite paroisse non paians taille, dient que non, saulf seulement le censier des Templiers.
Requis assavoir se ilz sont amenris de nombre de personnes depuis 10 ou 12 ans, dient que non.
Requis assavoir se ilz se plaindent de trop de taille, dient que si et la cause si est pour ce que Collard de le Ruielle deffunct paioit 15 l et le vesve d’icellui ne paie que 10 l 16 s, Simon Ramery paioit 6 l et il est apovry tellement qu’il ne paie que 8 s, Robert Petitpas soloit paier 7 l et obstant sa povreté ne paie que 9 s, Jehan Fremin paioit 6 l lequel est party et so restor ne paie que 15 s, Hustin Barbery deffunct paioit 4 l et le censier en son lieu ne paie que 16 s, Jehan Fremin deffunct paioit 60 s et le censier en son lieu ne paie que 38 s, Pierre Deffontaines paioit 56 s lequel est party et le louagier en son lieu ne paie que 14 s, Jehan Bruiane deffunct paioit 50 s et en son lieu ne demeure personne, Ansel Gobert deffunct paioit 60 s et le censier en son feu ne paie que 19 s et plusieurs autres semblablement qui sont mors et partis dont ilz ne sont point recors.
Requis assavoir se ilz sont aucunement enrichis depuis ledit temps, dient que non.
Requis assavoir le chevance des plus rices manans de ledite parroisse, dient que le vesve Collard de le Ruielle est rice de 1.600 l et paie 10 l 16 s, Robert Fremin a 12 bonniers de terre parmi ung lieu et paie 9 l 8 s, les enfans Pierre Blancart ont 7 bonniers de terre et paient 4 l 15 s, Jehan Blancart a 8 bonniers de terre parmi ung lieu aussi est bien meublé et paie 4 l 15 s, Jehan Dufour a trois bonniers de terre et paie 64 s, Pierre le Carlier a trois bonniers 5 cens de terre parmy ung lieu et paie 60 s et les autres paient semblablement a l’avenant de leur chevance.
Requis assavoir que leurs terres valent en cense et combien en vente l’une parmi l’autre, dient qu’elles valent en cens 13 rasieres de grain a l’avesture mesure de Lille et en vente 80 l le bonnier et se doivent de rente l’une parmi l’autre 9 havos de ble le bonnier.
Requis assavoir se ilz se dient estre plus haut tailliéz que les villes voisines, dient que a Marquette Phellipart Six a 11 bonniers de terre avec ung lieu et bien 100 l de rente viagiere et ne paie que 60 s et se il demouroit audit lieu de Lomme il paieroit le moitié plus, item à Primecque Jehan de Melentois a bien 200 frans de rente tant heritiere comme viagiere et ne paie que 100 s se il demouroit audit lieu de Lomme il paieroit deux fois plus et le vesve Willaume Au Piet audit lieu de Primesque a 18 bonniers de terre avec ses enfans et ne paie que 100 s et ne y a quelques personnes audit lieu de Lomme si rices de la moittié et ce non obstant ilz paient plus le moittié de taille que lesdits de Primesque et leur semble que ceulz de Sequedin, Vrelenghehem, Lambersart et autres leurs voisins ont meilleur marchié que ilz n’ont.
A l’issue de cette enquête, les Lommois, qui payaient 54 livres d’aide (impôt), verront leur part ramenée à 51 livres, sur proposition des commissaires enquêteurs, et après avis favorable de la Chambre des Comptes de Lille.
 
Dénombrement de 1469
Lomme : 76 feux
 
Enquête de 1485
Pour Lomme [sont comparus] sire Pierre de Wailly vice curé de Lomme, Jehan Blondel lieutenant de bailly, Hellin Deladeriere, Pasquier Saise et Jehan Behaghe manans qui affirmerent que ledit village dudit Lomme contenoit auparavant la gherre 8O feux et de present contient soixante cincq feuz, desquelz 65 feux en y a le nombre de 20 ou 22 vivans sur aumonnes ; et sy poelt avoir environ 14 attelees que unes que aultres ; et se fut le village brulé plus de a moitié ; et le plus grant heritier demourant sur le lieu n’a point 3 bonniers de terre en somme toute ; et paioit a le grant taille 97 L 13 s ; assiz a 70 L.
Pour le maison et cense du Temple entre Lille et Lomme est comparu Porrus Desmasieres censier, lequel a affirmé que feu Hustin Desmasieres son pere rendoit de ladite maison et cense paravant la gherre 17 L de gros et du molin sept livres de gros, lequel mollin a esté brullé par les franchois reservé le cense et ont esté logiez depuis huyt jours avec ceulx de taintignies qui sont du Tournesis ; et paioient à la grande aide 4 L 16 s ; assis a (7 L cent solz) 4 L.
 
Enquête de 1491
Pour Lomme sont comparus messire Pierre de Wailly prebtre curé, George de Hem bailly, Jehan Petitpas, Jehan Behagle, Rolland du Ponchel, Pasquier le Saire et Jehan Leuridan manans, lesquelz affirmerent que oudit village et paroisse y a 66 feuz que bons que autres entre lesquelz en y a jusques a 30 feuz quy recoivent les aumonnes des povres ; et le pluspart des autres sont indigens et vivans sobrement. Et posé qu’il y en eust prez d’autant aprèz les gherres et que l’on en ayt depuis rediffié trois ou quatre, toutesvoies au contrere l’on en a rompu et aliené jusques a quattre ou chincq, assavoir le lieu qui fut Pierre Martin, ung à Mahieu Fremin et autres. Affirmant que le terroir est sur et dur portant mestillon et chargié de rentes de Saint Pierre quy sont de deux rasieres de bled au bonnier et ceulx de la menre rente de six havotz. Et paient à le taille ordinaire 75 L de 40 gros pour an. Oudit village y a dix querues de terre ou environ.
 
Enquête de 1498
Pour le village de Lomme comparurent Regnault de Hem, bailly, Pasquier le Zaire, Henry le Mestre, Ernoul Carette, collecteur, Jehan du Prêt et Andrieu Pollet lesquelz, interroghiéz sur le contenu esdites lettres patentes, affirmerent que audit village y a soixante dix feux dont les trente quatre ou trente cincq prennent les biens de la carité des povres, entre lesquelz en y a dix ou douze mesnages qui vont journellement demander l’aumosne d’huis a autre, et le demourant sont labouriers, gens de mestier et manouvriers vivants au mieulx qu’ilz pevent.
Dient outre, sur ce interroghiéz, que audit lieu de Lomme y a huit ou neuf paires de chevaulx.
Interroghiéz sur l’augmentacion ou depopulacion dudit village en peuple et bestail depuis l’an 91, dient et depposent qu’ilz treuvent ledit lieu de Lomme assez en égalité en nombre de gens et de bestail et tel qu’il estoit oudit an 91, neanmoins s’il y avoit chambgement, ilz le treuvent moindre en richesse et autrement qu’il n’estoit lors.
Dient qu’ilz ont payé et furny pour tous aides ceste annee qui finira a le Saint Jehan prochain venant cent dix livres quatre solz ou environ de 40 groz.
 
Enquête de 1505
Pour le village de Lomme sont comparuz sire Mahieu l’Ernoul, presbtre, curé proprietaire, Ernoul Gassette collecteur, Henry le Mestre, Venant Esghelin, Simon Audent, Collart Yver, Pasquier du Four, juréz et oÿs sur les faiz et articles contenuz esdites instructions.
Et premier, requis sur le premier article, dient et depposent, assavoir ledit sire Mahieu in verbo sacerdotis et les autres par le serment de leurs corps, que audit lieu y a 90 feux, a y comprendre les povres gens qui demeurent avec aultruy, dont les 34 ou 35 prendent les biens de la carité des povres, desquelz les enfans de 8 ou de 10 mesnages vont querir leur pain d’huys en huys, et le residu se meslent de labeur et de manouvrer sans eulx mesler de marchandise, synon ung personnage qui se mesle de marchandise de lin, navette et soucrion, qui peult fere fait de 720 livres par an.
Requis sur le 2° article, dient et affirment que ledis manans occuppent 320 bonniers 5 cens et demi de terre a labeur et 59 bonniers 6 cens de lieux manoirs, gardins, prez, bos et pasturage, affirmans que le bonnier desdites terres a labeur peult valloir en revenue 14 rasieres de grain a l’advesture, et en vente, a la charge des rentes seignouriaulx qui sont grandes, 80 livres, et le bonnier d’herbage, a y comprendre le louage des maisons, en revenues 16 livres par an, et en vente, a la charge de la rente qui peult porter 60 sous par an, 260 livres, et sy dient lesdis depposans que ilz sont heritiers, tant audit Lomme que dehors, de 56 bonniers 14 cens de terre a labeur, et en lieux manoirs, gardins et prez 16 bonniers 9 cens demi.
Requis sur le 3° article, dient et affirment que ausdits manans appartient 192 vaches, a prendre deux veaux pour une vache, 26 bestes chevallines et 568 blancques bestes.
Requis sur le 4° article, dient et affirment qu’ilz n’ont point de pasturage commun.
Requis sur le 5° article, dient et affirment que ilz ne scevent pas que nulz demourans en terre exempte tiengnent heritages en leur dismage.
 
 
(Textes extraits des Enquêtes fiscales de la Flandre wallonne (trois tomes) ,transcrits par Alain Derville, professeur à l’université de Lille III, publiés par la Commission historique du Nord et en vente aux Archives départementales du Nord)

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement