LA FANFARE MUNICIPALE DE LOMME

 

 
 

 

REGLEMENT

 

Article premier

La fanfare communale étant habillée et équipée de l’uniforme militaire change son titre en celui de Fanfare municipale de Lomme.

 

Article 2

La Fanfare municipale a pour but d’entretenir le goût de la musique et d’assister aux concours et fêtes musicales où elle sera conviée.

 

Article 3

L’uniforme de la Fanfare consiste en dolman bleu foncé, pantalon bleu clair, képi, giberne, sabre.

 

Article 4

Le cadre de la Fanfare municipale est composé de :

1 capitaine : président

1 capitaine en second : vice-président

1 lieutenant : chef de musique

1 sous-lieutenant : sous-chef de musique

1 adjudant : porte-drapeau

1 sergent : trésorier

1 sergent fourrier : secrétaire

1 sergent d’habillement

4 sergents

2 caporaux

 

Article 5

Les officiers et sous-officiers de la Fanfare municipale forment la Commission. Les chef, sous-chef, porte-drapeau et sergent d’habillement n’ont que voix consultative.

 

Article 6

La Commission se réunit à la demande d’un de ses membres, suivant les circonstances. Ses décisions sont prises au scrutin secret et à la majorité des voix. En cas de ballottage la voix du capitaine prévaut et en l’absence du capitaine, le membre le plus âgé de la commission le supplée. Le sergent fourrier communique aux musiciens après chaque réunion les décisions et questions qui pourraient les intéresser.

 

Article 7

La Commission ordonne toutes les dépenses à prélever sur le budget de la Fanfare : appointements, achats d’instruments, réparations et en cas d’urgence le chef de musique peut ordonner une réparation d’instrument sauf à en prévenir la Commission à sa première séance.

 

Article 8

Tous les trois mois le livre de caisse du sergent-major et le livre des délibérations du sergent fourrier sont vérifiés par les membres de la Commission qui y apposent leur signature en forme de visa. Une convocation générale réunit, plusieurs fois par an, les musiciens en assemblées générales. Le sergent-major fait lecture du compte-rendu des opérations qui viennent de s’effectuer pour le bien de la Fanfare.

 

Article 9

La Fanfare municipale admet des membres honoraires. Leur cotisation est fixée au minimum à dix francs par an. Celle des membres exécutants est fixée à douze francs par an, payables par douzième. Toutefois, quand il y aura deux musiciens de la même famille, le second ne paiera que six francs par an.

 

Article 10

Le chef de musique détermine le nombre de répétitions et en désigne les jours et heures après entente préalable avec la Commission.

 

Article 11

Les musiciens sont responsables de tout ce qui leur est confié : habillements, instruments, cahiers de musique, etc.

A leur rentrée dans la Fanfare, ils signent un exemplaire du présent règlement et un reçu des effets d’habillement et d’équipement. Le sergent d’habillement en tient un livre spécial.

 

Article 12

Le présent engagement est fait pour cinq années à partir du premier juin 1891. Les musiciens ne peuvent rompre cet engagement qu’en versant une sortie de vingt francs.

Si cette condition n’était pas remplie, ils y seraient contraints par voie judiciaire.

Le musicien ne peut être exempté qu’en faisant valoir des motifs sérieux tels que maladie, service militaire, départ pour une autre localité, etc. La Commission apprécie. Néanmoins, tout musicien partant pour le service militaire est tenu de terminer son engagement sitôt sa rentrée dans ses foyers.

Tout musicien démissionnaire est tenu de remettre ses habillement et équipement en parfait état, proportionnellement à la durée du service. Le sergent d’habillement, aidé d’un membre de la Commission, constate les dégradations qui peuvent être imputées au démissionnaire.

Celui-ci n’est libéré qu’en payant l’indemnité exigée par la Commission.

 

Article 13

Toute personne voulant faire partie de la fanfare doit adresser sa demande à la Commission et son admission est votée au scrutin secret.

 

Article 14

Quand l’admission d’un musicien est prononcée, le sergent fourrier lui donne connaissance du règlement et lui fait signer son engagement de cinq années à partir du jour de son admission.

 

Article 15

Après chaque service du matin ayant nécessité la tenue, tout musicien doit avoir quitté cette dernière à l’heure que le chef aura jugée nécessaire. Toutefois, par autorisation signée des capitaines ou des sergent-major ou sergent fourrier, une permission pourra être tolérée pour des motifs convenables.

Toute infraction au présent article sera punie d’une amende qui ne pourra excéder deux francs. Les membres de la Commission sont chargés d’en assurer l’exécution.

 

Article 16

Tout musicien manquant à quatre répétitions successives est désarmé. Dans ce cas l’indemnité est exigée.

Le musicien est exempté de cette rigueur dans le cas où il fournirait des motifs sérieux que la Commission reste juge d’apprécier.

 

Article 17

En cas de motifs graves, la Commission peut proposer à un membre exécutant une amende de cinquante centimes à cinq francs suivant la gravité de la faute et sur récidive de demander son exclusion. Toutefois cette exclusion est votée par la Fanfare à la majorité des voix présentes. Le musicien doit payer également l’indemnité de sortie.

 

Article 18

Tous concerts, soirées musicales, festivals et concours et autres services sont proposés par la Commission et décidés à la majorité des voix.

Les amendes pour absences les jours d’exécution et répétitions sont fixées comme suit :

Concours : 5 francs pour absence, 2 francs pour retard

Festivals : 2 francs pour absence, 50 centimes pour retard

Concerts : 1 franc pour absence, 25 centimes pour retard

Enterrements : 1 franc pour absence, 25 centimes pour retard

Autres services : 50 centimes pour absence, 20 centimes pour retard

Répétitions : 20 centimes pour absence, 10 centimes pour retard

Leçons des élèves : 20 centimes pour absence, 10 centimes pour retard

Assemblées générales : 50 centimes pour absence, 20 centimes pour retard

Le musicien n’est exempté de ces amendes qu’en invoquant des motifs sérieux que la Commission reste juge d’apprécier.

Le cas de travail n’exempte pas de l’amende.

Les autres amendes non prévues – infractions au règlement, détérioration d’habillement, équipement, instrument de musique, etc – sont à déterminer par la Commission.

 

Article 19

L’appel se fait aux répétitions après le premier morceau joué, aux sorties et autres services un quart d’heure après l’heure de convocation. Le musicien se trouvant en retard doit prévenir le sergent fourrier de sa présence s’il ne veut payer l’amende d’absence totale.

 

Article 20

Toute amende infligée doit être payée en même temps que la cotisation mensuelle qui est perçue à domicile par le garçon de musique.

Le produit de ces amendes est centralisé entre les mains du sergent-major et appliqué aux besoins de la Fanfare.

 

Article 21

Aucun étranger n’est admis aux répétitions sans l’autorisation des capitaines ou du chef de musique.

 

Article 22

La Fanfare municipale assiste aux services commandés par l’administration municipale.

Elle assiste aux obsèques des conseillers municipaux, des membres honoraires et des membres exécutants.

 

Article 23

Les musiciens doivent se présenter dans la tenue prescrite par la convocation. Leurs fourniment et instruments doivent toujours être en parfait état.

A cet effet une revue sera faite plusieurs fois par an pour constater l’état de la tenue.

 

Article 24

Il est formellement interdit en toutes façons de se servir de l’arme confiée à chaque musicien.

L’infraction au présent article sera punie d’une amende suivant la gravité du cas.

 

 

 Article 25

Le sergent-major tient un livre spécial contenant les noms des détenteurs d’instruments appartenant à la Fanfare. Ces instruments sont marqués.
Tout musicien qui égare un instrument est obligé de le remplacer à ses frais.
 
Article 26
Il est également interdit aux musiciens de prêter un instrument appartenant à la Fanfare municipale.
 
Article 27
Relativement à la police des exécutions, répétitions et amendes, la Commission prend les décisions qu’elle juge utiles et convenables suivant l’intérêt de la Fanfare, mais dans aucun cas ces décisions ne peuvent porter atteinte au présent règlement.
 
Article 28
La Commission est chargée d’organiser la fête de Sainte Cécile et choisit pour célébrer cette solennité le jour qui convient le mieux à tous les musiciens. A cet effet un vote général a lieu chaque année.
 
Article 29
Tout refus de paiement de cotisations et amendes entraîne l’exclusion du récalcitrant tout en se conformant aux formalités de l’article 12.
 
Article 30
Les officiers et sous-officiers tiennent note de toutes les infractions au règlement. Le sergent-major en fait un rapport à la Commission à la première répétition et celle-ci avise.
 
Article 31
Les discussions politiques et religieuses sont formellement interdites.
 

Article 32

La Commission a le droit d’admettre dans les exercices de la Fanfare les artistes qui offriront leur talent pour une plus complète exécution.

 

Article 33

Les jeunes gens âgés de moins de vingt ans peuvent faire partie de la Fanfare. Seulement, jusqu’à l’époque de leur majorité, les parents s’engagent pour eux à remplir et à observer toutes les conditions stipulées ci-dessus et à cet effet ils apposent leur signature sur le présent règlement pour servir et tenir lieu d’acquiescement.

 

Article 34

Pour tous les cas non prévus, la Commission apprécie et invite la Fanfare à délibérer.

Cette délibération a lieu à la majorité des voix, est considérée comme article additionnel et doit être scrupuleusement suivie, mais ne peut dans aucun cas porter atteinte au règlement.

 

Article 35

Le présent règlement est soumis à l’approbation de l’autorité supérieure et signé par tous les musiciens.

 

Fait à Lomme le 1er juin 1891

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement