La cité jardin des cheminots de Lomme Délivrance

 
 

Admirez ce paysage, repaissez-vous de sa verdure. Où croyez-vous être ? Dans un de ces beaux villages de notre région Nord-Pas-de-Calais ? Vous n'aurez pas tout à fait tort, car vous êtes à la campagne, mais à la campagne en ville.

Quand on admire ce décor, on a même du mal à l'imaginer. Vous pouvez contempler sur la gauche de la photo un des derniers portiques d'entrée en béton qui subsistent actuellement.

 Un cadre de vie idyllique. C'est effectivement ce qu'avait voulu construire la Compagnie des Chemins de Fer du Nord entre 1919 et 1921 pour ses employés de la gare de Lille-Délivrance. On l'avait surnommée la cité jardin, la cité des fleurs ou encore la cité des roses.

 Le but était que les cheminots se sentent bien chez eux, n'aient pas besoin de sortir du quartier pour s'amuser, ou être soumis à des idées politiques ou syndicalistes que la compagnie jugeait pernicieuses.

 

 Même dans des ensembles plus "urbanisés", la verdure est présente partout.

Les maisons ont leurs particularités, qui les rend plus attrayantes : porche d'entrée, volets peints, et toujours au moins une haie.

 Les maisons situées à des carrefours de rues semblent même perdues dans la végétation.

 

 Pour rendre l'ensemble plus harmonieux, les rues ne sont pas droites, mais suivent des lignes courbes.

 

 

 On devine la place Dompsin, et en arrière-plan, cachée en partie par la végétation, la tour de l'église du Bourg.

 

 Le kiosque de la place Dompsin, un des centres principaux de la vie du quartier.

 

 Autour de cette place, on trouvait par exemple le centre d'hygiène sociale (premier bâtiment sur la droite).

 

 Un gros plan sur la maison située à sa gauche.

 

 Juste à côté de la place Dompsin, la place Beaulieu, elle aussi un haut lieu de la vie du quartier. C'est là que se trouvait l'école ménagère, destinée à former toutes les femmes et filles de cheminots, dans les tâches où tentait de les cantonner l'esprit du temps.

 

 Et l'on retrouve toujours, ici au sortir de la place Demory, ces rues sinueuses chargées de rompre avec la monotonie des rues droites et d'un urbanisme urbain en damier.

Ci-dessous, la maison qui était autrefois celle du chef de dépôt.

Enfin, pour terminer cette visite, je vous propose un choix arbitraire mais diversifié des différentes types de maisons que l'on peut rencontrer dans le quartier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





La gare de triage et la cité ont coupé la ville de Lomme en deux. Mais il arrive parfois encore, qu'au coin d'une rue, on aperçoive le clocher de l'église du Marais.



Petit clin d'oeil au passé, ce mirador comme l'appelaient les habitants, cette "tour florentine" comme l'appelaient d'autres,  qui de sa hauteur dominait la gare et la cité de la Délivrance. Conçue à l'origine pour être un poste d'aiguillage, elle ne fonctionna jamais et fut abattiue en 1985 par la SNCF. Elle a été reconstituée par le club de modélisme de Sequedin.


 

       

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement